Follow @zhekoo69
EDF MET 5 RÉACTEURS À L'ARRÊT SUITE A UNE ENQUETE - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

EDF MET 5 RÉACTEURS À L'ARRÊT SUITE A UNE ENQUETE

Suite à l'enquête de qualité menée sur l'usine Areva du Creusot, EDF a dû mettre 5 réacteurs à l'arrêt afin de vérifier leurs cuves.

 

5 réacteurs à l'arrêt

 

Mauvaise nouvelle pour EDF à la veille des premiers froids, lorsque les jours raccourcissent et que la demande en électricité va bientôt augmenter. L'énergéticien français a annoncé hier soir qu'il procéderait à l'arrêt anticipé du fonctionnement de 5 réacteurs, afin de procéder à des contrôles approfondis de l'état de leurs cuves et des systèmes de refroidissement.

Ces générateurs de vapeur que sont les réacteurs ont en effet le défaut majeur d'avoir été fabriqués dans l'usine Areva du Creusot, avant qu'Areva n'en fasse l'acquisition, dans une période où il a été malheureusement prouvé que les audits de qualité des pièces sortantes avaient été falsifiés. Les ingénieurs donnaient systématiquement la valeur optimale, alors qu'ils avaient en réalité décelé des valeurs de qualité plus faibles pour l'acier des cuves une fois forgées, ainsi que pour certaines pièces du système de refroidissement.

 

L'ASN suit le dossier de près

 

Lieux où se déroule tout le processus de transformation de l'eau en vapeur par la puissance énergétique dégagée par la fission de l'atome, les générateurs de vapeur sont soumis à des températures extrêmes élevées, il est donc primordial, pour des raisons de sécurité, que l'acier des cuves ne présente aucun défaut et soit particulièrement résistant. Les vérifications auxquelles EDF doit procéder sont donc cruciales, mais elles ne sont pas surprenantes. Les dernières conclusions du rapport d'Areva sur les dysfonctionnements de l'usine du Creusot impliquaient que les pièces incriminées fassent l'objet d'un examen approfondi de la part des opérateurs des centrales concernées dans le monde, dont Electricité de France. L'Autorité de sûreté nucléaire suit d'ailleurs de près ce dossier.

En tout, 18 réacteurs sur les 58 que compte le parc nucléaire français étaient concernés. Six ont déjà été inspectés et ont redémarré avec l'accord de l'ASN, sept autres sont en cours d'inspection et attendront le feu vert du gendarme du nucléaire. Quant aux cinq nouveaux dont l'arrêt vient d'être décidé, ce sont ceux de la tranche numéro 1 de Fessenheim, de Tricastin 2 et 4, de Gravelines 4, et le réacteur numéro 1 de Civaux.

 

 

SOURCE