Follow @zhekoo69
Vivre à l’année sur un parking, …. Voilà ce qu’il reste à la classe moyenne américaine - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Est-ce que vous vous rappelez de l’un des anciens sketches du comédien Chris Farley dans le Saturday Night live où il dépeignait la vie de Matt Foley, un type qui expliquait avec enthousiasme sa vie au sein de sa camionnette ?

Malheureusement, cette situation est devenue la réalité pour de trop nombreux Américains. Comme la classe moyenne américaine continue de rétrécir et que le coût de la vie augmente toujours, beaucoup d’américains vivent dorénavant sur les routes. Que ce soit en voiture, en camion, en camionnette, en bus ou en camping car, un nombre toujours plus important d’Américains vivent dans leurs véhicules. Tout récemment, une personne que je connais bien est partie en vacances sur la côte ouest des États-Unis et s’est installée sur l’un des terrains de camping que l’on peut rencontrer sur le long des routes. Cette personne a remarqué que beaucoup de gens vivent sur ces terrains de camping. Bien entendu, certaines d’entre elles ont choisi ce mode de vie, mais là, la plupart d’entre eux le faisaient plus par nécessité.

Un peu plus tôt cette semaine, le site Circa.com a publié une histoire sur ce mode de vie en camionnette. L’une des personnes que le site avait mis en avant était Stephen Hutchins, un jeune fraîchement diplômé de l’Université de Californie du Sud. Alors que ses revenus sont plutôt faibles pour le moment, il a décidé vivre dans sa camionnette puisque c’est la meilleure manière de réduire les dépenses…

« Les principales dépenses sont l’assurance pour la camionnette, ce qui représente 60 dollars par mois et un box de stockage pour environ 60 dollars », selon ce qu’a déclaré Stephen Hutchins.

Ca lui fait un loyer mensuel d’environ 120 dollars. Et la camionnette lui a seulement coûté 125 dollars lors d’une vente aux enchères.

Ca ne doit certainement pas être facile de vivre dans une camionnette tous les jours, et sans doute que beaucoup d’entre vous se demandent comment est-ce qu’ils font pour effectuer les plus simples tâches quotidiennes comme la cuisine et leur toilette. Eh bien, il se trouve qu’ils utilisent pas mal les équipements publics

Ils utilisent les douches des salles de sport, cuisine avec un réchaud sur un trottoir (ils entreposent leur bouteille de butane chez des amis aux alentours) et utilisent le wifi à proximité des Coffee shops.

Au début, ce mode de vie peut sembler être «une aventure», mais après un certain temps, cela devient le quotidien. Et peu de femmes seraient enthousiastes quant à l’idée de vivre avec un homme dans une camionnette exiguë, et peu de personnes souhaiteraient élever une famille entière dans un véhicule.

Les laissés-pour-compte de l’économie Américaine…Et ils sont des millions !

33% des Américains n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins élémentaires

Malheureusement, tout comme lors de la dernière crise économique, de nombreux Américains en sont arrivés à un point où rester vivre dans leur maison était devenu financièrement impossible. Il suffit de consulter l’extrait de cet article récent du New York Post intitulé « Des signes catastrophiques annoncent qu’une crise du logement est imminente »

Etats-Unis: le taux d’accession à la propriété vient d’atteindre son plus faible niveau jamais enregistré

Le nombre de New-Yorkais qui demandent une subvention d’urgence afin de pouvoir rester vivre dans leurs maisons est monté en flèche – tandis que le nombre de personnes séjournant dans des refuges pour sans-abri vient d’atteindre un niveau record le week-end dernier, selon les derniers relevés.

Durant l’année 2016 et jusqu’à maintenant, on a compté 82,306 demandes de subvention d’urgence afin d’éviter des expulsions, ce qui représente une hausse de 26 % par rapport au 65,138 demandes formulées l’année précédente, selon le rapport de la mairie.

J’ai surligné quelques passages en gras puisque je voulais faire ressortir un certain nombre de choses.

Premièrement, il est plutôt très inquiétant d’observer que le nombre de sans-abri New-Yorkais vient d’atteindre « un niveau record » le week-end dernier. Je pensais que nous étions en période de « reprise économique », mais apparemment les choses se sont rapidement détériorées et aggravées à New York.

Deuxièmement, le fait que les demandes de subvention d’urgence soient en hausse de 26 % par rapport à l’année dernière est un autre signe inquiétant qui montre comment la situation se dégrade actuellement pour les familles moyennes à New York. Nous nous souvenons tous de ce qui était arrivé lorsque des millions de familles américaines avaient perdu leur maison par saisie immobilière à travers tout le pays au cours de la dernière crise financière, et personne n’a intérêt à voir cette situation se reproduire dans un avenir proche.

47% des américains ne peuvent même plus sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu

Le « Rêve Américain » ?!, …. Les Américains eux-mêmes n’y croient plus !

Pendant cette période électorale, Barack Obama et Hillary Clinton aimeraient nous faire croire que l’économie américaine se porte bien, mais c’est totalement faux. Même en utilisant les chiffres trafiqués que nous donne ce gouvernement, Barack Obama est en passe de devenir le seul président de toute l’histoire des États-Unis à n’avoir jamais fait progresser le Pib américain de plus de 3% sur une annéeet ce durant ces deux mandats soit 8 ans.

Jim Clifton, le Pdg de Gallup est lui même également très sceptique quant à cette soit-disant « reprise économique », et l’article qu’il a récemment écrit à ce sujet, a reçu une énorme attention

Je lis énormément de choses au sujet de cette fameuse « reprise économique ». Elle a même été mise en avant la semaine dernière en première page du New York Times ainsi que du Financial Times.

Personnellement, je n’y crois absolument pas.

Le pourcentage d’Américains faisant partie de la classe moyenne ou de la classe moyenne supérieure a baissé de 10 %. Ce pourcentage est passé de 61% entre 2000 et 2008 à 51% aujourd’hui en 2016.

D’autres études ont montré que la situation était encore bien plus grave.

Par exemple, une étude du Pew Research Center à la fin de l’année 2015 avait découvert que la classe moyenne américaine s’était tellement atrophiée, qu’elle ne représentait maintenant plus qu’une minorité au sein des Etats-Unis.

Jim Clifton avait publié plusieurs chiffres dans son article, en voici quelques-uns ci-dessous

Autrefois, l’Amérique était le pays des opportunités.

Nous vivions alors au sein d’une nation où tout était possible et où l’esprit d’entreprise était fortement encouragé.

Mais aujourd’hui, les entreprises sont étranglées par les règles, les règlements, les tracasseries administratives et les impôts.

Si nous voulons que la classe moyenne se développe, nous avons besoin de créer un meilleur environnement à la création de petites entreprises. Par le biais de ces petites entreprises, beaucoup d’américains s’étaient élevés socialement et les petites entreprises ont toujours eu un rôle moteur dans la croissance de ce pays et donc dans la création d’emplois.

Si le rétrécissement de la classe moyenne se poursuit, la pauvreté continuera d’augmenter. Il y a moins d’un an, j’avais rédigé un article dans lequel j’expliquais que le nombre d’enfants sans-abri avait augmenté aux Etats-Unis de 60 % depuis la dernière récéssion, et que selon le site povertyusa, 1,6 million d’enfants aux Etats-Unis avaient dormi l’an dernier dans des refuges pour sans-abri ou dans une autre forme d’hébergement d’urgence.

Si ce soir vous avez la chance de dormir dans un bon lit et dans une maison avec tout le confort, vous devriez vous dire que vous avez de la chance. Sachez qu’un nombre toujours plus important d’Américains dorment actuellement dans des villages de tentes qui poussent un peu partout aux Etats-Unis, dans leurs véhicules ou dans les rues. Ces gens qui souffrent méritent notre amour, notre compassion ainsi que nos prières.

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder