Follow @zhekoo69
La guerre invisible de John Pilger un docu terrifiant.. - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

La guerre invisible de John Pilger un docu terrifiant..

John Pilger est un journaliste, grand reporter, écrivain et cinéaste au CV bien rempli. Il se bat pour l’éthique journalistique. Il a créé ce documentaire en 2010.

Attention au personnes sensibles, les images sont choquantes mais les paroles que vous entendrez ne le sont pas moins. Je me suis dit en visionnant cette vidéo que nous étions dans un monde diabolique. Je ne trouvais pas d’autres qualificatifs.


J’ai du faire une pause pour pouvoir aller au bout. Cela ne vous apprendra sans doute pas grand chose, si vous vous informez ailleurs qu’avec les MMS et c’est probablement le cas. Mais entre des mots sur un écran et une réalité crue filmée, il y a une marge. Là, nous ne sommes plus dans l’abstraction, il n’y a plus échappatoire. Ce n’est pas du voyeurisme, au contraire : Accepter de regarder les choses en face aussi laides soient elles est un respect pour les victimes dont le souvenir perdurera dans nos mémoires plutôt que d’être niées et enfouies dans le cercueil des archives plombées des États assassins.

Cette enquête est majeure. Il me semble qu’elle doit être vue par un maximum de personnes y compris les grands adolescents et qu’il est de notre devoir de la faire circuler. Il faut absolument que nous prenions conscience de ce qui se passe afin qu’en masse nous puissions prendre nos responsabilités et ne pas nous laisser manipuler encore et encore.

Ce film prouve si il en était besoin que nous sommes dirigés par des psychopathes, des êtres à sang froid, sans aucune humanité et c’est terrifiant. Les médias sont leurs valets, plus ou moins consentants. Si certains regrettent, d’autres, devant l’évidence, persistent et signent. Cette enquête est réalisée dans le milieu strictement anglo-saxon. Vous n’aurez aucun mal à identifier les mêmes graves dérives chez nous.