Follow @zhekoo69
En cas de défaite, Clinton prête à accuser la Russie - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Après avoir accusé la Russie d'être derrière le piratage de milliers de courriels confidentiels échangés au sein du parti démocrate américain, Hillary Clinton accuse cette fois-ci Vladimir Poutine de faire peser une menace sur la présidentielle américaine.

La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton a déclaré être inquiète de "graves" interférences des Russes dans l'élection présidentielle américaine, rapporte l'agence Bloomberg.

L'ex-secrétaire d'État affirme détenir "des informations fiables" à propos de l'intention de Moscou d'influencer les résultats de la présidentielle américaine. Elle a pourtant refusé d'avancer quelque preuve concrète que ce soit à ce sujet. Selon Hillary Clinton, la menace provient du président russe Vladimir Poutine, qui pourrait obtenir prétendument "certains avantages", en influençant le choix des Américains. En effet, suite à la publication de milliers de courriels confidentiels échangés dans le camp démocrate, Hillary Clinton y voit la main de Vladimir Poutine, qui aurait intérêt à voir Donald Trump élu en novembre.Elle a également émis l'hypothèse que son adversaire Donald Trump encourageait Moscou à l'espionner.

Le chef d'Etat russe Vladimir Poutine a pour sa part exprimé ses regrets à propos du fait qu'Hillary Clinton et Donald Trump impliquaient la Russie dans leurs attaques réciproques. Il a également démenti les suppositions selon lesquelles ce sont les autorités russes qui étaient derrière les hackers qui ont attaqué le Parti démocrate américain.

Auparavant, Dmitri Peskov, l'attaché de presse du président russe, avait déclaré que ces accusations à l'encontre de la Russie étaient totalement absurdes. Quant au soutien russe présumé des hackers impliqués dans le piratage des bases de données enregistrant les électeurs américains, cette accusation est également qualifiée d'infondée et les autorités russes ne la considèrent même pas digne de leur attention.