Follow @zhekoo69
Venezuela: Dans les zoos, la foule se rue sur les animaux pour se nourrir. C’est l’effondrement économique total - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Si vous étiez affamé, seriez vous prêts à abattre des animaux dans les zoos pour vous nourrir ?

Pour la plupart d’entre nous une telle idée semble complètement farfelue, mais c’est pourtant ce qui se passe réellement au Venezuela actuellement. C’est un pays où les gens font la queue jusqu’à 12 heures par jour en espérant qu’il restera de la nourriture à acheter, et où les émeutes et les pillages sont devenus monnaie courante. Ainsi, même si l’économie américaine semble être dans une situation délicate en ce moment, nous devrions être reconnaissants de ce que nous avons encore, car au moins nous ne vivons pas un effondrement économique total comme peuvent le vivre actuellement les vénézuéliens.

Les étalons noirs font partie des plus beaux chevaux de la planète, mais les choses vont tellement mal cet été au Venezuela qu’au stade actuel, certaines personnes sont prêtes à tout pour s’alimenter. Ce qui est arrivé au zoo de Caricuao, à Caracas, capitale du Venezuela le dimanche 31 juillet 2016 est si horrible que je me suis vraiment demandé si j’allais ou pas partager cette information avec vous. Les gens désespérés font des choses désespérées, et lorsqu’ils deviennent affamés, ils arrivent à faire des choses comme celles que je vais vous expliquer ci-dessous

L’effondrement économique de l’Amérique du Sud est sur la bonne voie !

L’aggravation des pénuries alimentaires au Venezuela a eu de tragiques conséquences lors d’un spectacle avec des chevaux le week-end dernier lorsqu’un groupe d’intrus a fait irruption dans le zoo et ont extirpé un étalon noir de sa cage, puis l’ont abattu pour sa viande.

Les procureurs ont expliqué que cette tragédie avait eu lieu aux petites heures matinales du dimanche au zoo de Caricuao, à Caracas, où “plusieurs personnes” cachées par l’obscurité s’étaient infiltrées dans ce parc zoologique public et qu’elles avaient ouvert la cage de l’étalon. Ce cheval, le seul de ce genre dans ce zoo, a ensuite été conduit dans une zone plus isolée et a été dépecé sur place. Seule sa tête ainsi que les côtes ont été laissés et c’est cette horrible découverte qu’ont fait les gardiens du Zoo lorsque le jour s’est levé.

Malheureusement, cet animal rare n’a même pas été la première victime de ce zoo.

Il y a quelques semaines, les porcs et les moutons avaient déjà été ciblés

Malheureusement, ce cheval n’a pas été le premier animal de ce zoo à avoir été victime des conséquences des pénuries alimentaires au Venezuela. Certains porcs et moutons vietnamiens auraient été volés dans ce même zoo plus tôt ce mois-ci.

De plus, des dizaines d’autres animaux de zoos sont en train de mourir de faim étant donné qu’il n’y a même plus de nourriture disponible à leur donner. Pour être plus clair, on rapporte qu’au moins 50 animaux sont morts par manque de nourriture dans un seul zoo

Au Venezuela, près de 50 animaux sont morts de faim au cours des six derniers mois, au parc Caricuao, le grand zoo de Caracas, la capitale.

Depuis plusieurs mois, le pays traverse une grave crise économique et les pénuries alimentaires sont monnaie courante. Une situation dont pâtit lourdement la population mais également les pensionnaires des zoos.

Marlene Sifontes, la responsable syndicale représentant les employés des parcs zoologiques a déclaré à Reuters que le zoo avait perdu des lapins, tapirs, cochons vietnamiens, oiseaux, porc-épics après qu’ils aient été privés de nourriture pendant deux semaines. D’autres animaux du zoo sont en danger de malnutrition sévère. Les lions et les tigres du zoo de Caracas seraient nourris avec de la mangue et de la citrouille, faute de rations de viande, tandis que l’éléphant est alimenté de fruits tropicaux à la place de son régime alimentaire habituel qu’est le foin. Selon une source, les grands félins seraient nourris par la chair des pur-sang abattus sur une piste à proximité.

Si ce que vous venez de lire vous fait mal au cœur, n’oubliez jamais que ce ne sont pas seulement les animaux qui souffrent. Il y a des millions de d’êtres humains là-bas qui sont au bord de la famine pendant que vous lisez cet article.

Le Venezuela au bord de la faillite et de la pénurie

Les Vénézuéliens se ruent en Colombie pour acheter aliments et médicaments

Plus tôt cette année, le maire de Chacao à Caracas était venu expliquer au monde entier que certains Vénézuéliens en étaient rendus à chasser “chiens, chats et pigeons” pour se nourrir…

Ramón Muchacho, le maire de Chacao à Caracas, a déclaré que les rues de la capitale du Venezuela sont remplis de gens qui tuent des animaux pour se nourrir.

Grâce à Twitter, Muchacho a rapporté qu’au Venezuela, il y a une «douloureuse réalité» à savoir que les gens chassent “chats, chiens et pigeons” pour survivre.

La crise au Venezuela s’aggrave tous les jours en partie à cause des pénuries qui atteignent 70% […] six responsables militaires vénézuéliens ont été arrêtés pour avoir volé des chèvres dans le but de satisfaire leur faim, car il n’y avait plus de nourriture à la base militaire de Fort Manaure.

La situation économique au Venezuela ne cesse de se détériorer et ce toutes les semaines.

Et même si les États-Unis ont fait exactement autant d’erreurs que le Venezuela, la plupart des américains pensent que ce qu’il se passe là-bas ne pourrait jamais arriver en Amérique.

Après tout, ils ont “la plus grande économie au monde” et leur pays est bien “la nation la plus riche de la planète”, non ?

L’effondrement économique actuel au Venezuela va t-il se propager aux Etats-Unis ?

Eh bien, en réalité l’infrastructure économique américaine s’est régulièrement vidée du fait des accords de libre-échange et aussi parce que l’Amérique consomme beaucoup plus de richesses qu’elle n’en produit. Le train de vie de la nation américaine a été artificiellement gonflé par une impression monétaire massive (Planche à billets). Depuis que Barack Obama est arrivé à la maison blanche en janvier 2009, la dette publique américaine a augmenté de 1.100 milliards de dollars par an, et un récent sondage a découvert que 62 % des américains ont moins de 1000 dollars d’économies.

Mais ne vous inquiétez pas. Au lieu d’évoquer les problèmes du Venezuela, les médias insistent sur le fait que des jours meilleurs se profilent prochainement pour l’économie américaine.

En fait, aujourd’hui, je suis tombé sur un article de Business Insider qui explique que notre plus grand problème économique serait que nous ne serons bientôt plus en mesure de trouver suffisamment de travailleurs .

Et Barbra Streisand est si heureuse qu’Hillary Clinton devienne notre prochain président, qu’elle s’est lancée dans une vibrante interprétation de ” Happy Days Are Here Again “, pendant qu’elle commençait sa tournée d’adieu à Los Angeles. Le compte-rendu suivant provient du site drudgereport

So long sad times
Go along bad times
We are rid of you at last
Howdy gay times
Cloudy gray times
You are now a thing of the past
Happy days are here again
The skies above are clear again
So let’s sing a song of cheer again…

Streisand suddenly interrupted the lyric, realizing a Democrat was currently in the White House!

“By the way, I love Obama.”

Altogether shout it now
There’s no one
Who can doubt it now
So let’s tell the world about it now
Happy days are here again

Alors, c’est quoi la vérité ?

Allons-nous finir comme le Venezuela, ou est-ce que des temps meilleurs se profilent à nouveau ?

Eh bien, j’ai l’impression que nous n’aurons pas à attendre longtemps pour le découvrir…

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder