Follow @zhekoo69
Syrie : on nous refait le coup du petit Aylan - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Le matraquage médiatique intensif anti Assad n’a rien donné, et pourtant… Les déclarations américaines ou françaises condamnant le président syrien non plus, pas plus que les armes qu’ils – que nous- avons fournies en quantité aux djihadistes amis de l’EI qui combattent Assad.

Alors ils sortent leur dernière carte. Ils ont beaucoup appris des Palestiniens. Les « rebelles » syriens jouent les victimes après avoir délibérément utilisé les populations civiles et notamment les enfants dans les endroits où se trouvent leurs combattants…

Sauf que ni Poutine ni Assad ne sont des benêts. Ils sont en guerre contre des barbares, des salauds qui n’hésitent pas à sacrifier leurs propres gosses et il y va de la survie de la Syrie en tant qu’état échappant à la pression wahhabite des monstrueux Saoudiens. Tant pis pour les dommages collatéraux. Tant pis pour les pauvres gosses. Ce n’est pas leur faute si leurs parents les ont exposés. Mais ce n’est pas non plus la faute de Poutine et de Assad.

Quant aux pleureuses qui voudraient nous faire croire que ces enfants étaient mieux et à l’abri au milieu des troupes de djihadistes entraînant des gosses de 5 ans à tuer….

On appréciera comme d’habitude la précipitation de la télévision française pour participer à la curée. Curée anti-Poutine et anti-Assad. D’une pierre deux coups.

Christine Tasin

Commentaire de Daniel Pollett sur les images que vous allez voir ci-dessous

L’art de faire des montages : cet enfant est assis sur le siège de l’ambulance et non pas dans un fauteuil d’une assemblée ; c’est ça leur « Représentant dans le monde » ?
Il y a beaucoup de bruits, de cris autour des victimes. Les sauveteurs semblent plus préoccupés que l’on puisse filmer les enfants plutôt que de prendre soin d’eux ; il n’est que de voir comment ils les installent sans précautions et même brutalement dans l’ambulance, les exposant aux photographes mais ne s’occupant ni de les réconforter, ni de les soigner, ni même de les installer précautionneusement et confortablement. Tout est fait pour les photos de propagande. Notons aussi la petite fille installée à droite de l’ambulance entre l’arrivée des deux garçons. Sans renier le traumatisme psychologique et physique de ces enfants, il est tout de même permis de supposer que leurs blessures sont davantage spectaculaires (la tête est un endroit du corps saignant abondamment et facilement) que graves, sinon ils ne tiendraient pas assis, en tout cas c’est ce que nous leur souhaitons. Nous constatons bien là le caractère odieux et criminel de cette propagande propre à inspirer les bisounours pour inciter à davantage encore d’invasion de nos pays.

VIDEO. Syrie : Omran, l’enfant ensanglanté qui donne un visage à Alep bombardée

L’image de cet enfant a déjà été partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux.

Difficile d’oublier ce visage d’enfant en sang, sauvé des décombres de sa maison bombardée par les aviations syrienne et russe, dans les faubourgs d’Alep (Syrie), mercredi 17 août. Omran a 5 ans et personne ne sait ce qu’il est advenu de ses parents, rapporte le journaliste Peter Farquar sur l’édition australienne de Business Insider (en anglais). Les sauveteurs, précise le Telegraph, ont soigné l’enfant blessé à la tête et il est ressorti de l’hôpital dans la soirée.

Mais l’image de ce petit garçon a déjà été partagée des milliers de fois sur Twitter et pourrait devenir le symbole de l’horreur vécue par les civils des quartiers rebelles d’Alep. D’autant que la rébellion, toujours selon Raf Sanchez, le correspondant du Telegraph, entend désormais faire d’Omran « son représentant dans le monde ».

Syrie : on nous refait le coup du petit Aylan

Les quartiers rebelles sous une pluie de bombes

Divisée entre quartiers rebelles à l’est et zones pro-Bachar Al-Assad à l’ouest, la ville d’Alep est assiégée depuis des semaines par l’armée syrienne et ses alliés russes. Les bombardements se sont intensifiés lorsque des forces rebelles ont réussi à briser le siège auquel étaient soumis leurs secteurs dans la ville, le 6 août. « Depuis cinq ans, on estime à plus de 300 000 le nombre de Syriens tués dans la guerre civile syrienne et il est impossible de savoir combien de civils sont morts dans les bombardements d’Alep ces dernières semaines », explique Raf Sanchez.

http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/video-omran-l-enfant-ensanglante-qui-donne-un-visage-a-alep-bombardee_1594721.html#xtor=EPR-502-[newslettervideo]-20160818-[video4]

art
icle Jean-Paul Saint-Marc