Follow @zhekoo69
Pontarlier : un facteur se suicide en accusant La Poste - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

La dépression le rongeait depuis de longs mois. « Entre son premier arrêt de travail et juillet, il avait perdu 30 kilos. Il n’avait plus de force », confie Sylvain, l’un de ses deux fils.

Charles Griffond s’est pendu à son domicile, à Pontarlier, le 17 juillet dernier. Le geste du facteur âgé de 53 ans était désespéré, mais planifié. Deux lettres manuscrites ont été laissées en évidence. L’une, intime, à l’attention de ses proches, édictant ses ultimes volontés. L’autre à destination de notre journal, dans laquelle il accuse La Poste de l’avoir « totalement détruit » (lire l’intégralité ci-dessous).

Sa famille est en colère. « Il nous en parlait souvent. Ces dernières années à La Poste, tout a changé. Il avait récupéré plus de 200 boîtes aux lettres sur sa tournée, alors que c’était déjà la plus dure de Pontarlier. Mon père ne se plaignait jamais, c’était quelqu’un de bosseur, d’assidu. Le problème, c’est qu’il était à bout. Ils l’ont poussé à bout », explique son fils Sylvain, 28 ans. « Charles aimait le contact avec les gens, l’aspect social. Mais tout ça, c’est terminé », renchérit Laurence, la sœur du disparu, « La Poste l’a poussé dans le précipice : la pression, le rendement, l’argent, il n’y a que ça qui compte maintenant… » Ce n'est un secret pour personne : privatisée, ébranlée par une baisse drastique du courrier papier, l'entreprise a amorcé un virage stratégique à 180 degrés.

Il y a quelques années, Charles, facteur « à l’ancienne », avait eu l’honneur des médias locaux et nationaux, lorsque, malgré le froid, il faisait encore sa tournée déguisé en Père Noël. « Quand je pense qu’à l’époque La Poste faisait de la réclame grâce à ça… », enrage Nicole, sa maman, qui peine à retenir ses larmes en brandissant le carton minimaliste de condoléances envoyé par l’entreprise. « Pas un coup de fil, pas une fleur, rien », constate-t-elle. Les parents de Charles Griffond, qui vivent à Villers-le-Lac, ont par ailleurs reçu plusieurs courriers émouvants d’anciens clients de leur fils.

« Il n’est pas le seul postier à souffrir. On en parle parce qu’il ne faut pas que ça se reproduise », insiste Laurence, « on ne veut pas qu’une autre famille vive ce qu’on vit, c’est trop dur. C’est violent, c’est atroce. À la fin, on a essayé de l’aider, on l’a soutenu à bout de bras, mais c’était déjà trop tard. »

Bavard, fêtard, passionné de chasse, impliqué dans des associations, amoureux de la nature, Charles était une personnalité entière, par ailleurs sensible, plus fragile qu’il n’y paraissait. Les peines de cœur, notamment, ne l’ont pas épargné. Mais pour ses proches, c’est une certitude : La Poste a joué un rôle non négligeable dans sa chute finale.

Contactée, l’entreprise explique avoir appris la nouvelle « avec beaucoup d’émotion, d’étonnement et d’incompréhension ». Une minute de silence avait été observée le 19 juillet dernier sur l’ensemble des sites dépendants du centre de distribution de Pontarlier.

La Poste précise également que Charles Griffond « avait intégré un dispositif de préretraite depuis huit à neuf mois, qu’il faisait encore partie des effectifs, mais n’exerçait plus son activité et n’était pas appelé à revenir sur le terrain. » Le groupe ajoute que « ce n’est ni le moment, ni le lieu pour polémiquer sur quoi que ce soit ».

Voici la lettre en question : « Depuis trente-quatre ans, j’ai exercé mon métier avec l’amour de mon travail et de mes clients. Mais, depuis quelques années, La Poste a petit à petit détruit ses employés, les vrais postiers, ceux qui avaient le contact avec les gens. En ce qui me concerne, ils m’ont totalement détruit. Depuis décembre 2015, je suis en arrêt de travail et je souffre intérieurement le martyre. Personne, ni de mes collègues ou de ma hiérarchie, n’a pris de mes nouvelles. Alors bougeons avec La Poste et mourrons grâce à La Poste.
Charles Griffond, facteur à Pontarlier. »

Willy GRAFF