Follow @zhekoo69
Le maire de Brest et ses proches pris la main dans le sac, omerta de la presse locale - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Le maire de Brest et ses proches pris la main dans le sac, omerta de la presse locale

Le maire de Brest et ses proches pris la main dans le sac, omerta de la presse locale

Publié le 17 juillet 2016 | Maj le 19 juillet

L’affaire est sur toutes les lèvres. Le maire et ses proches collaborateur-trice-s sont mélé-e-s à ce qui ressemble à une (nouvelle) affaire de détournement de fonds publics autour de l’organisation des fêtes maritimes. Pourtant (bien sûr ?) pas un mot ne filtre dans la presse locale...

L’hebdomadaire Marianne a fait la révélation d’une affaire qui sent bon la corruption institutionnalisée impliquant le maire de Brest et son entourage proche. Marché public de la communication pour Brest 2016 attribué aux copains de Rivacom sans appel d’offre, doublement de l’enveloppe initialement prévue à la demande de ces derniers, limogeage du directeur tatillon qui flaire le marché illégal... Bref, de quoi nourrir les gros titres des quotidiens locaux pendant quelques temps.

Pourtant, rien. Mais alors rien ! Ni dans le Télégramme, ni dans le Ouest-France, qui sont tout de même cul et chemise avec les élites locales, et donc les mieux placés pour nous informer du bien fondé (ou non) de ces allégations. Leur silence serait-il éloquent ?

Pour comprendre leur mutisme, il aurait fallu que l’article de Marianne, pourtant lui même bien documenté, nous révèle que derrière la boîte de com Rivacom, au cœur de cette affaire, il y a la puissance du groupe Le Télégramme de Hubert Coudurier. Pas étonnant qu’il ne tire pas une balle dans son propre pied en évoquant les faits, quitte à ce que son silence passe pour des aveux.
Mais pourquoi la concurrence ne saute-t-elle pas sur un pareil scandale ? Tout simplement parce que Ouest-France se dit lui-même être « un partenaire historique » des fêtes maritimes, et n’a peut-être pas non plus intérêt à ce que l’on regarde de trop près dans leur tambouille avec la mairie. Faut bien manger, me direz-vous.

L’omerta est donc organisée autour de cette affaire de manière assez grotesque par une presse locale aux abois, qui se sent menacée par les répercussions éventuelles de l’instruction en cours. Le PS n’est pas en reste, qui a demandé à ses militant-e-s de rafler tous les exemplaires de Marianne sortis en kiosques dans la région brestoise, ce qu’ils et elles se sont appliqué-e-s à faire.

Et si l’on fouillait bien, probablement que des liens se feraient au grand jour entre tous ces communicants et des campagnes électorales d’un-e, voir de plusieurs élu-e-s...

François Cuillandre, actuel maire de Brest Métropole, juriste de formation, qui déclare qu’il "respecte à la lettre le code des marchés publics" aurait-il d’autres "affaires" à cacher ?
Pourquoi a-t-il adressé par porteur spécial, (chauffeur de la ville avec véhicule de service, les brestois-e-s apprécieront le coût d’une telle initiative) à chaque groupe politique siégeant au conseil municipal, une lettre ne répondant pas du tout à l’article de Marianne, mais accusant de tous les maux du monde l’ex directeur de Brest Événements Nautiques (BEN), en tentant indécemment de se dédouaner de ses obligations de président de l’association ? (copie de la lettre en fin d’article)

Pourquoi tant d’empressement à détourner l’attention des brestois-e-s ? Empressement visible dans une interview sur Tébéo avec M. Coudurier en personne le lendemain de la sortie du papier incriminant ! Pourquoi les personnes distribuant cet article à l’entrée des fêtes maritimes ont-elles été surveillées ?

Que dire de la diffusion de la copie d’un mail par François Cuillandre où le directeur de BEN évoque une éventuelle démission pour justifier son renvoi (copie du mail en fin d’article) ? Plus encore de la part d’un juriste comme M. Cuillandre qui ne peut ignorer que légalement une démission se fait en respectant une procédure. Mais il est vrai que le maire ne s’est jamais manifesté contre la remise en cause du code du travail par loi El Komhri...

Encore un savant mélange de clientélisme et de corruption généralisés, encore une énième magouille entre bourgeois de la sphère politique et du monde des affaires.

Qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?


Pour celles et ceux qui se seraient fait devancer par un-e encarté-e du PS chez le marchand de journaux, voici, une fois n’est pas coutume, la reproduction de l’article de Marianne du 8 au 14 juillet, et en pièces jointes l’article de marianne et la lettre de Cuillandre adressée aux groupes politiques le lendemain de l’article :

Pour assurer la promo des fêtes maritimes, l’événement phare de l’été brestois, la municipalité bretonne a fait appel à son agence de com préférée. Un marché public qui fait des vagues...
Article de Jacques Duplessy et Arnaud Bouillin, publié dans Marianne du 8 au 14 juillet 20
16.

A Brest, les fêtes maritimes ressemblent un peu aux jeux Olympiques. Organisée tous les quatre ans dans la cité du Finistère, cette parade de ketchs, goélettes et vieux gréements venus du monde entier attire des centaines de milliers de spectateurs. La septième édition, du 13 au 19 juillet prochains, promet un joli ballet dans la rade. Mais, en coulisse, ça gîte et ça s’agite depuis l’éviction, il y a quelques mois, du maître de cérémonie, François Arbellot.

Recruté en février 2015 pour diriger Brest événements nautiques, l’association qui chapeaute la manifestation, ce professionnel reconnu du nautisme a été brutalement débarqué en mars dernier. Un licenciement pour faute grave, qu’il conteste aujourd’hui devant les prud’hommes et dont l’un des motifs, dûment notifié, laisse perplexe. Cet ancien dirigeant d’une association loi 1901 présidée par le maire socialiste de Brest, François Cuillandre, contrôlée par des collectivités publiques (la ville de Brest, Brest Métropole, le conseil départe-mental, le conseil régional), subventionnée à coups de millions d’euros d’argent public et soumise, à ce titre, à l’ordonnance du 6 juin 2005 relative aux marchés publics, cet homme, donc, qui baignait dans le public, a eu le tort de réclamer des comptes à Rivacom, l’un des prestataires privés de l’événement « L’agence Rivacom, qui est en charge de la communication des fêtes maritimes, à fait savoir que vos interventions directes et vos demandes de validation pour tout le travail de cette société ralentissaient le process prévu au marché passé avec elle et la décrédibilisait en parallèle, en sa qualité de partenaire extérieur », écrit François Cuillandre dans la lettre de licenciement adressée le 29 mars à François Arbellot. Sous la plume du maire de Brest, l’agence, dirigée par son ami Régis Rassouli, n’est pas un prestataire - redevable à son donneur d’ordres - mais un « partenaire ». Étonnante formule de la part d’un docteur en droit. Il est vrai que l’édile PS, aux commandes de la ville depuis 2001, et le communicant, installé depuis 1997, ont tissé des liens qui dépassent largement le cadre client-fournisseur. Laure, la fille de François Cuillandre, a fait ses classes d’attachée de presse à Rivacom. Laurence, l’épouse de Régis Rassouli, a bouclé récemment une longue mission chez Brest’Aim, une grosse société d’économie mixte présidée - elle aussi - par François Cuillandre. Quant à la compagne de Régis Lerat, l’adjoint de Rassouli, elle s’occupe des relations publiques et de l’événementiel au cabinet du maire. La solidarité des gens de mer, sans doute.

« Légalité douteuse »

En 2008 puis en 2012, Rivacom avait déjà décroché la médiatisation des fêtes maritimes. Pour cette nouvelle édition, la reconduction de l’agence faisait si peu débat que de simples « contrats de collaboration », sans appel d’offres ni publicité, ont été établis en décembre 2014. Le premier attribuait au seul Régis Rassouli une mission de « conseil et coordination » jusqu’en octobre 2016, facturée 154 000 € HT, assistante comprise. Le second détaillait les différentes tâches de l’agence - suivi des journalistes, relais de l’événement sur les réseaux sociaux... -, moyennant le paiement par l’association de 287 600 € HT. Total du package : plus de 440 000 €. Un deal que François Arbellot a découvert en prenant ses fonctions et qu’il a refusé de tamponner, vu les sommes en jeu, l’absence de consultation et les risques encourus. Au-delà de 25 000 €, un contrat passé sans mise en concurrence peut en effet valoir à son signataire public d’être poursuivi pour favoritisme : un délit.

Dès son arrivée, le nouveau directeur de Brest événements nautiques exige donc un appel d’offres. Furax, Régis Rassouli lui adresse un mail le 19 février 2015, avec en copie le directeur de cabinet du maire, Marc Mathieu, pour lui dire qu’il annule illico ses rendez-vous concernant les fêtes, dans l’attente de ce fameux appel d’offres. « Je ne te cache pas que vous mettez l’agence dans une situation très délicate tant au niveau financier qu’au niveau de sa crédibilité, tance le communicant. J’espère que des solutions seront trouvées. » La solution ? Elle s’échafaude un mois après, en comité restreint. Le 19 mars, Laurent Bonnaterre, le responsable des relations presse à la mairie de Brest, envoie un mail à François Arbellot : « J’ai proposé ce matin à Régis Rassouli (que j’ai eu en ligne sur autre chose) de passer un temps tous les trois demain après-midi. Il était prêt à se rendre dispo pour un examen commun du CC (cahier des charges). » Le jour de la réunion, nouveau mail du même Bonnaterre à 12 h 22 : « On se retrouve chez Rivacom et je sors trois exemplaires. » En pièce jointe. un fichier intitulé « CC Com Brest 2016 ». La mairie, l’association et l’agence se sont-elles coordonnées pour rédiger le cahier des charges ?

Contacté par Marianne, Régis Rassouli dit ne retrouver aucune trace de cette réunion dans son agenda. Quant à François Cuillandre, il récuse toute entente. « Je respecte à la lettre le code des marchés publics » nous a-t-il assuré. Toujours est-il que l’appel d’offres, publié le 25 mars 2015 au Bulletin officiel, est remporté haut la main par Rivacom. Et pour cause : l’agence de Régis Rassouli est la seule à avoir concouru...

Fin de l’histoire ? Pas tout à fait. Le dossier mis au point par Brest événements nautiques plafonnait à 200000 € HT « le budget maximal des prestations attachées à cette consultation ». Mais il laissait aussi aux candidats la possibilité de présenter des « variantes ou propositions complémentaires, par rapport aux besoins définis par le donneur d’ordres ». Une aubaine pour Rivacom : en sus de son offre, parfaitement calibrée à 195 500 €, l’agence a suggéré divers services annexes comme la « production de contenus rédactionnels » (pour 36 400 € HT), la « production de vidéos » (36 4OO €) ou « le suivi éditorial Brest 2016 » (31200 €).

Miracle ! Tous ces zakouskis - il y en a, au total, pour plus de 150000€ - ont été acceptés par l’association et payés, pour partie, dès le mois de septembre 2015, comme l’atteste un document comptable. Ce quasi doublement de l’enveloppe prévue dans l’appel d’offres ne manque pas de poser question. car les « variantes » sont censées se substituer à l’offre de base, pas se rajouter.

Les trois experts que Marianne a interrogés - avocate spécialisée, responsable de la commande publique dans un conseil général et un juriste à l’Union des groupements d’achats publics (Ugap) - se sont montrés plus que circonspects sur la manœuvre, deux d’entre eux pointant même une « légalité douteuse ». Régis Rassouli renvoie la balle à François Arbellot « Rien ne l’obligeait à passer et à signer ces bons de commande. » Quant au maire de Brest, il a cette formule lapidaire au sujet de l’ancien directeur des fêtes : « Arbellot est un incompétent. » Pour le remplacer, l’édile a nommé Marc Mathieu, son propre directeur de cabinet. C’est plus sur...

Article de Marianne en pdf :