Follow @zhekoo69
Le Canard enchaîné évoque la « complaisance » France/Etats-Unis envers Al-Quaida en Syrie - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

« Ne jamais toucher à un cheveu d’Al-Nosra »

Dans un article du Canard enchaîné en date du 20.07.16, Claude Angeli revient sur le soutien de la France et des Etats-Unis envers la filiale syrienne d’Al-Quaïda : le groupe Al-Nosra.

Selon Angeli, les Etats-Unis se seraient tout récemment décidés à combattre conjointement l’Etat islamique en s’alliant avec les Russes, une demande faite par les Russes depuis fin septembre 2015.

Dans l’article intitulé « Une Coopération USA-Poutine en Syrie et en Irak », Claude Angeli revient sur la « complaisance » franco-étatsunienne jusqu’à présent envers les combattants d’Al-Nosra.

« Une Coopération USA-Poutine en Syrie et en Irak ». (Washington propose « un commandement conjoint » pour bombarder Daesh et Al-Nosra,)

Canard enchaîné, le 20.07.16. Page 3.

Extrait :

« …Il s’agit de passer d’un accord de fait – depuis plus d’un an, Américains et Russes bombardent en évitant que leurs avions ne se percutent – à une franche coopération. L’ambition commune est d’en finir avec Daech et Al-Nosra, la filiale syrienne d’Al-Quaida.

Pour Obama, Kerry et le Pentagone, c’est une véritable autocritique. Jusqu’à présent, si les pilotes de l’US Air Force arrosaient de missiles les positions de Daech, ils avaient ordre de ne jamais toucher à un cheveu d’Al-Nosra. Et les Rafale et Mirage français épargnaient, eux aussi, ces terroristes intouchables, si l’on ose dire. Cette complaisance franco-américaine envers les combattants d’Al-Nosra, aussi cruels que ceux de Daech, mérite une explication. Dans la guerre menée contre l’armée syrienne, « une alliance de circonstance », formule d’un militaire français, s’est constituée, sur le terrain, entre ces partisans d’Al-Quaida et quelques groupes de rebelles, dits modérés, qui rêvaient d’entrer en vainqueurs à Damas et avaient le soutien de Washington et de Paris, où l’on espérait se débarrasser ainsi de Bachar.

Terroristes tolérables

Autre information, partagée, d’ailleurs, avec d’autres médias, et à déguster lentement pour éviter un violent mal de tête : Al-Nosra a des associés dans son combat, les groupes Ahrar Al-Sham et Jaïsh Al-Islam, des terroristes en tout genre financés par nos amis du Qatar, d’Arabie saoudite et de Turquie. A Paris et Washington, personne ne reproche à ses Etats de jouer, depuis bien des années, aux supporteurs du terrorisme.

Le comportement ambigu des Etats-Unis à l’égard d’Al-Nosra et d’Al-Quaida n’a pas davantage provoqué de hurlements à l’Elysée ou au Quai d’Orsay... »

Source:le-blog-sam-la-touch

Le Canard enchaîné évoque la complaisance de Paris et des USA envers Al-Qaïda

Dans un article du Canard enchaîné en date du 20.07.16, Claude Angeli revient sur le soutien de la France et des États-Unis envers la filiale syrienne d’Al-Qaïda : le groupe du front Al-Nosra.

Evoquant le récent accord conclu entre les États-Unis et la Russie pour combattre conjointement les deux filiales d’Al-Qaïda en Syrie, la désavouée Daesh (État islamique), et la reconnue le front al-Nosra, l’auteur de l’article s’arrête toutefois sur un fait : « Jusqu’à présent, si les pilotes de l’US Air Force arrosaient de missiles les positions de Daesh, ils avaient ordre de ne jamais toucher à un cheveu d’Al-Nosra ».

Même constat pour les Français : « Et les Rafale et Mirage français épargnaient, eux aussi, ces terroristes intouchables, si l’on ose dire ».

Les terroristes tolérables

Et Angeli rapporte l’explication donnée pour ce laxisme : « Cette complaisance franco-américaine envers les combattants d’Al-Nosra, aussi cruels que ceux de Daesh, mérite une explication. Dans la guerre menée contre l’armée syrienne, « une alliance de circonstance », formule d’un militaire français, s’est constituée, sur le terrain, entre ces partisans d’Al-Qaïda et quelques groupes de rebelles, dits modérés, qui rêvaient d’entrer en vainqueurs à Damas et avaient le soutien de Washington et de Paris, où l’on espérait se débarrasser ainsi de Bachar ».

« Autre information, partagée, d’ailleurs, avec d’autres médias, et à déguster lentement pour éviter un violent mal de tête : Al-Nosra a des associés dans son combat, les groupes Ahrar Al-Sham et Jaïsh Al-Islam, des terroristes en tout genre financés par nos amis du Qatar, d’Arabie saoudite et de Turquie. A Paris et Washington, personne ne reproche à ces Etats de jouer, depuis bien des années, aux supporteurs du terrorisme », déplore Angeli.

Ce dernier devrait prendre connaissance de l’exécution atroce mardi du petit palestinien Abdullah, par une milice de l’Armée syrienne libre, le Mouvement Noureddine al-Zenki, et classé parmi les organisations modérées par les occidentaux pour mesure dans quel pétrin leurs gouvernements se sont engouffrés, pour la seule raison de renverser Bachar al-Assad.

Sachant que ces mêmes terroristes sont également tolérables par Israël.

Source : http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=315929&…