Follow @zhekoo69
La curieuse tambouille du gouvernement pour vendre le domaine de Grignon au Qatar - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

La curieuse tambouille du gouvernement pour vendre le domaine de Grignon au Qatar

Un article glissé en douce dans le projet de loi Sapin 2 doit permettre à l'Etat de céder au plus vite le domaine de Grignon, dans les Yvelines. Une manœuvre qui pourrait faire le bonheur de l'émir du Qatar, Tamim al-Thani, déjà propriétaire du PSG.

On y élève des vaches et des brebis. Pas des chevaux. Qu’importe : pour se débarrasser du domaine de Grignon, dans les Yvelines, le gouvernement a sorti son arme secrète, le « cavalier » législatif. Autrement dit, un amendement qui n’a rien à voir avec la loi présentée devant les parlementaires mais que l’exécutif tente de faire voter en catimini, par pur opportunisme politique. Le 2 juin, un article 15 ter a été glissé dans le projet de loi relatif à la lutte contre la corruption, dite "loi Sapin 2". Ce rajout de dernière minute, postérieur aux trois réunions de la Commission des lois et à l’audition du ministre Michel Sapin, accorde à l’école d’ingénieurs AgroParisTech et à l’INRA, l’Institut national de la recherche agronomique, plusieurs dérogations au code général de la propriété publique.

L’idée ? Permettre à ses deux institutions, qui occupent aujourd’hui le domaine de Grignon et qui veulent déménager, d’encaisser illico le produit de la vente. Le hic, c’est qu’on ne parle pas ici d’un champ de patates ou d’un bout de forêt dans lesquels quelques chercheurs se baladent éprouvettes en main. Avec son château du XVIIe siècle de style Louis XIII inscrit à l’inventaire des monuments historique, sa riche bibliothèque, son musée du Vivant, son exceptionnel arboretum (200 espèces différentes), ses jardins et ses prairies, ce site de 291 hectares est l’un des joyaux du patrimoine culturel et scientifique français.

"Selon nos experts, il y a un gros loup derrière cet amendement surgi de nulle part, explique à Marianne Frédéric Delaméa, membre actif du collectif pour le futur du site de Grignon, qui crie depuis des mois au scandale. L’hypothèse est que l’Etat, qui n’avait pas les mains libres pour céder le domaine, chercherait à faire valider rétroactivement un accord qui n’aurait pas été conclu dans les règles." Ratifié en première lecture à l’Assemblée nationale, l’amendement incongru a été rejeté par le Sénat. Mais l'urgence est telle que l’exécutif a déjà prévu de revenir à la charge. "L’article pourra être revu lors d’une commission mixte paritaire", nous assure-t-on au cabinet du ministre des Finances.

Convaincu que le gouvernement cache quelque chose, Jean Vincent, le président du collectif, a envoyé le 18 juillet une pétition aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat : "Malgré l’enjeu national que représente cette vente, le gouvernement se refuse à toute communication à son propos et agit dans l’opacité la plus complète", écrit-il. Et ce dernier de demander à Claude Bartolone et Gérard Larcher qu’ils invitent "le Premier Ministre et les ministres concernés à informer sans délai l’Assemblée Nationale sur l’état d’avancement de la vente de ce domaine"

>> Lire l’intégralité du courrier par ici.

Gérard Larcher a accusé récéption de la pétition, faisant savoir au président du collectif pour le futur du site de Grignon qu'il "ne manquerai[t] pas de [le] tenir informé des suites qui lui seront réservées".

A Grignon, depuis des mois, le nom d’un potentiel acquéreur est sur toutes les lèvres : l’émir du Qatar. Tamim al-Thani, 36 ans, s’est rendu sur place à plusieurs reprises. Le propriétaire du PSG a même envisagé d’y installer le futur centre d’entraînement du club. A grand frais : l’enveloppe totale du chantier, dévoilée par Le Parisien, s’élève à 300 millions d’euros ! Devant la bronca locale, appuyée par une pétition de 26 000 signatures, la direction du PSG a annoncé mi-juillet qu’elle préférait se rabattre sur un site voisin, à Poissy. Mais la piste qatarie continue d’alimenter les conversations à Grignon, où il se dit que Tamim am-Thani pourrait transformer le domaine – estimé au bas mot à 35 millions d'euros – en résidence de luxe pour les joueurs, ou pour ses hôtes de marque. Une rumeur qu'aucun des acteurs contactés par Marianne n'a formellement démentie. "Je ne peux rien dire", nous a glissé un membre du cabinet de Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, qui supervise l'opération

article : Marianne