Follow @zhekoo69
Emmanuel Macron va présenter sa démission à François Hollande ce mardi à 15h - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Selon nos informations, Emmanuel Macron va rencontrer François Hollande ce mardi 30 août à 15 heures, et officialisera sa démission dans la foulée. Derrière cet envol, des ambitions présidentielles de moins en moins floues...

Cette fois, c'est la bonne. La démission d'Emmanuel Macron, maintes fois annoncée, était devenue unrunning gag dans les couloirs ministériels. Selon les informations de Marianne, le jeune ministre de l'Economie va officialiser son départ du gouvernement ce mardi 30 août après avoir rencontré François Hollande à 15 heures. Le chef de l'Etat doit s'entretenir dans la foulée avec Michel Sapin, actuel ministre des Finances. Toujours selon nos informations, le même Michel Sapin doit ensuite rencontrer Emmanuel Macron. Ces dernières semaines, l'hypothèse d'un Michel Sapin récupérant le ministère de l'Economie en cas de démission de Macron courrait parmi les membres du gouvernement.

Le ministre sur le départ doit s'exprimer au 20h de TF1 ce mardi soir.

L'information a été en partie dévoilée ce mardi matin par Les Echos, dans un article intitulé "Emmanuel Macron, départ imminent". La date précise n'était cependant pas encore connue. Selon la journaliste Cécile Cornudet, sa lettre de démission était en tout cas prête depuis l'été.

La question de la candidature de la comète Macron en 2017 est encore incertaine. Sera-t-il candidat quelles que soient les circonstances ? Y compris contre un François Hollande qui n'a eu de cesse de vanter sa "loyauté" ? Depuis des mois, des nombreux signaux montrent que le "chouchou" du président se tient prêt pour l'année présidentielle. Dans un texto envoyé à un ancien collaborateur pour la bonne année, on pouvait lire : "Je vais accélérer pour 2016 !"

>> Emmanuel Macron, la tentation de l'Elysée

Macron a officialisé sa "liberté" en créant début avril son propre mouvement, En Marche. L'occasion pour lui de présenter sa vision de la politique selon laquelle "les clivages sont obsolètes". Lui se veut d'un mouvement "ni à droite, ni à gauche". Ses soutiens, et notamment ses généreux donateurs, ont commencé à pester en voyant leur champion rester dans les jupes de François Hollande. Ils n'attendaient qu'une chose : une démission claire et nette. "C'est compliqué de soutenir quelqu'un qui n'a pas clairement défini sa stratégie", expliquait ainsi le millionnaire du web Marc Simoncini dans le Canard enchaîné, en juin.

Lors de son discours de lancement, Emmanuel Macron assurait ne pas créer "un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle", ajoutant que sa priorité, "aujourd'hui", n'était pas dans une candidature. C'était le 6 avril. Cinq mois plus tard, l'envie d'un destin présidentiel semble de plus en plus ardente.

article

Marc Endeweld

Delphine Legouté