Follow @zhekoo69
Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : l’ancien sous-directeur de la DGSE sort de son silence - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Une semaine après l’assassinat d’un prêtre en Normandie par des terroristes de Daesh, le mardi 26 juillet 2016, l’ancien sous-directeur de la DGSE, Pierre Siramy, livre une analyse sans concession des événements. DOCUMENT

[EXCLUSIF] Le mardi 26 juillet 2016, deux djihadistes assassinent le père Jacques Hamel, au pied de l’autel de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen.

Une semaine après le drame, Pierre Siramy, 25 ans au service de la France au sein de la Direction générale de la sécurité extérieure, nous accueille chez lui dans la Manche. L’homme a le regard clair et la voix maitrisée derrière sa barbe et sa table de travail envahie par ses collections de pipes.

Une guerre de religion

L’ex-agent a accepté de parler. Pour lui, sans aucun doute, "nous sommes dans une guerre de religion".

A l'endroit des terroristes, il avance ce propos risqué "Je regrette qu’il n’y ait jamais eu de fatwa de faite sur ces criminels,…".

« La fin des RG, une véritable erreur »

Malgré la multiplication des attentats sur le sol français, Pierre Siramy affirme qu’il n’y a "pas d’échec du renseignement", mais il accuse certains au sein de la "boite" d’avoir "privilégié leurs carrières au dépend de certaines pistes… ".

Sur la fin des Renseignements Généraux, son avis est sans appel : "une véritable erreur".

« La fin des RG, une véritable erreur »

Malgré la multiplication des attentats sur le sol français, Pierre Siramy affirme qu’il n’y a "pas d’échec du renseignement", mais il accuse certains au sein de la "boite" d’avoir "privilégié leurs carrières au dépend de certaines pistes… ".

Sur la fin des Renseignements Généraux, son avis est sans appel : "une véritable erreur".

« La fin des RG, une véritable erreur »

Malgré la multiplication des attentats sur le sol français, Pierre Siramy affirme qu’il n’y a "pas d’échec du renseignement", mais il accuse certains au sein de la "boite" d’avoir "privilégié leurs carrières au dépend de certaines pistes… ".

Sur la fin des Renseignements Généraux, son avis est sans appel : "une véritable erreur".

« S’attendre à d’autres actes »

Pour l’ancien sous-directeur de la DGSE, il faut s’attendre à d’autres actes terroristes perpétrés sur le sol français "j’en suis certains, nous aurons d’autres attentats…".

Pierre Siramy n’est pas convaincu par la politique anti-terroriste de François Hollande : "je ne m’exprimerais pas sur la stratégie du président de la République parce que ça voudrait dire que je lui reconnais qu’il a une stratégie…".

Les récents attentats commis en France sont pour Pierre Siramy le reflet d’une crise de société "y’a un lourd problème de société parce que nous avons sombré dans le communautarisme… et ce n’est pas conforme à l’esprit national".

« S’attendre à d’autres actes »

Pour l’ancien sous-directeur de la DGSE, il faut s’attendre à d’autres actes terroristes perpétrés sur le sol français "j’en suis certains, nous aurons d’autres attentats…".

Pierre Siramy n’est pas convaincu par la politique anti-terroriste de François Hollande : "je ne m’exprimerais pas sur la stratégie du président de la République parce que ça voudrait dire que je lui reconnais qu’il a une stratégie…".

Les récents attentats commis en France sont pour Pierre Siramy le reflet d’une crise de société "y’a un lourd problème de société parce que nous avons sombré dans le communautarisme… et ce n’est pas conforme à l’esprit national".

Le financement de Daesh

Pour des raisons liées à son "parcours professionnel", Pierre Siramy connait particulièrement bien les pays du Golfe et leurs liens avec la France. Sa sentence tombe, terrible : "on ne peut pas vendre des armes et lutter contre le financement du terrorisme".

Le financement de Daesh

Pour des raisons liées à son "parcours professionnel", Pierre Siramy connait particulièrement bien les pays du Golfe et leurs liens avec la France. Sa sentence tombe, terrible : "on ne peut pas vendre des armes et lutter contre le financement du terrorisme".

Pierre Siramy a travaillé avec passion durant 25 ans à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Il quitte le service en novembre 2009 après un triple pontage.

En mars 2010, il sort "25 ans dans les services secrets" avec le journaliste Laurent Léger, aux éditions Flammarion.

Le 16 septembre 2015, il est condamné pour avoir divulgué des éléments secret-défense