Follow @zhekoo69
Annulation de la Braderie de Lille : des drones aux tireurs d’élite, des moyens exceptionnels étaient prévus - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mickael Zhekoo

Après l’attentat du 14 juillet à Nice, préfecture et mairie ont multiplié les réunions afin de rehausser la protection de la Braderie. Un colossal plan de sécurité a été envisagé, qui aurait mis Lille en état de siège. Mais sans garantie d’éviter un nouveau drame.

Réduction du périmètre bradé et blocs de béton

Avant même l’attentat du 14 juillet à Nice, un renforcement de la sécurité de la Braderie est prévu, avec un nouveau plan de secours ou une modification du parcours des courses. Mais la tragédie niçoise décuple les besoins. Les multiples réunions entre la préfecture et la mairie débouchent sur une batterie de mesures sans précédent. Il y a d’abord la réduction du périmètre du plus grand vide-greniers d’Europe, en sacrifiant le boulevard Victor-Hugo, la rue Gambetta et la rue d’Arras. Objectif : mieux quadriller une plus petite zone bradée. La pose de blocs de béton aux entrées est aussi décidée, afin d’éviter le scénario du camion fou de Nice.

Autres dispositions, la fermeture des écoles et des stations de métro, une fin de Braderie précoce le dimanche (19 h), la suppression des marchés et de tout autre événement dans la ville le week-end, la création de deux postes de secours supplémentaires. Ou encore l’interdiction des bonbonnes de gaz, des livraisons et de la vente d’alcool à emporter.

Plus de CRS que pour l’arrivée du Tour de France

« Nous avions obtenu du ministère de l’Intérieur des moyens exceptionnels », souligne le préfet Michel Lalande. Beaucoup plus que les 2 000 policiers et gendarmes engagés lors des précédentes Braderies de Lille. Et le représentant de l’État de citer un élément du dispositif : « L’an dernier, il y avait cinq unités de forces mobiles (CRS et escadrons de gendarmerie). Nous en avions cette fois demandé vingt : c’est plus que pour l’arrivée du Tour de France à Paris ! »

À cela s’ajoutent « de très nombreux renforts » de policiers nationaux, mais aussi la présence accrue, depuis la tragédie de Nice, des militaires de l’opération Sentinelle. « C’était une armada de plusieurs milliers d’hommes et de femmes que nous nous apprêtions à mobiliser. »

Hélicoptères, caméras et forces spéciales

Dans le plan de sécurisation échafaudé, outils techniques et forces spéciales mis à disposition sont, eux aussi, « considérables », relève le préfet. Avec une innovation, l’apparition de « drones. » Et l’augmentation des moyens classiques de la Braderie, comme le doublement de la vidéosurveillance temporaire ou l’utilisation de deux hélicoptères au lieu d’un. Enfin, en 2015, des policiers d’élite du RAID avaient été déployés pour la première fois, avec des snipers en haut de bâtiments. Pour 2016, un triplement des effectifs, avec ceux de la BRI, était envisagé.