Follow @zhekoo69
L’opération « mains propres » tourne mal : l’imam dans la cathédrale insulte les catholiques - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dimanche dernier eut lieu une vaste opération, « mains propres » pourrions-nous l’appeler, de propagande en faveur de l’islam, orchestrée par les imams et autorités musulmanes résidents en Europe, avec l’appui fervent d’un monde occidental athée et d’une religion conciliaire bien-pensante, afin de dédouaner la religion mahométane de toute responsabilité par rapport aux terribles attentats islamistes qui ensanglantent les pays européens et terrorisent les esprits et les corps.

Des voix de catholiques, et de non-catholiques, particulièrement scandalisés, se sont fait entendre pour condamner cette récupération ahurissante par les imams de l’égorgement du père Hamel et pour mettre en garde les chrétiens contre un faux sentiment de sécurité et une fausse bonne entente avec la religion islamique.

Pour donner du poids à leurs propos prudents, cette fameuse « rencontre fraternelle et solidaire », universellement applaudie et encensée, qui eut lieu aussi dans la cathédrale de Bari, dimanche dernier, entre catholiques et musulmans, a été tout bonnement une occasion pour l’imam du coin, Sharif Lorenzini, d’insulter les catholiques en catimini, en sourdine, sans tambours ni trompettes… mais bien réellement.

« Nous sommes tous égaux, cela n’a pas d’importance la couleur de la peau ou le lieu où nous sommes nés. Aucune foi ne fomente la haine et provoque la mort. L’islam condamne le terrorisme : son nom dérive de Salam, paix, et qui dit le contraire commet une’instrumentalisation. »

avait péroré l’imam sous la voûte de la cathédrale.

Invité quelques heures après à une émission de la télévision italienne, « Dalla vostra parte », il a été démasqué, pour son plus grand embarras public, par Magdi Cristiano Allam qui a souligné un aspect de son discours que peu avaient noté ou compris.

Allam a en effet expliqué quel passage du Coran l’imam avait lu à l’église. Se tournant vers l’imam il l’a apostrophé :

« Il faut dire ce que vous avez lu à l’église. Durant cette rencontre à la cathédrale, vous avez lu une sourate du Coran. Soit des versets qui récitent ces paroles « Allah, guide-nous sur le droit chemin, le chemin de ceux que tu as comblé de bienfaits, non pas de ceux qui ont encouru ta colère, ni de ceux qui s’égarent dans l’erreur. »

Magdi Allam, ancien musulman converti au catholicisme, donne l’interprétation des versets :

« Tous les théologiens islamistes, Mahomet en premier, concordent sur le fait que « ceux que tu as rempli de grâces » sont les musulmans, « ceux qui encourent ta colère » sont les juifs, « ceux qui s’égarent dans l’erreur » sont les chrétiens. Donc dans l’église, explique Allam, Lorenzini (l’imam) a condamné comme infidèles les chrétiens et les juifs, en arabe. Et cela ce serait l’islam modéré ? Ce serait l’islam qui se présente à nous comme un islam de paix ? »

L’imam a témoigné d’un léger embarras aux paroles de Magdi Allam.

Et une question se pose alors : le choix de cette sourate, était-ce une provocation cachée, de la christianophobie déguisée, une insulte détournée ? On peut craindre que ce fut les trois…

Francesca de Villasmundo